Menu Fermer

Le livre de Maître Sun Fa sur le Tai ji quan bientôt disponible !

Maître Fu Zhong Wen et Maître Sun Gen Fa à l’Université de Shanghai

Une première :  théorie et différentes pratiques réunies

L’ouvrage comprend une introduction historique et personnelle, suivie de trois grandes parties :
– une partie théorique : les principes philosophiques, les concepts
de base du Tai ji quan, les principes théoriques de l’entraînement, le Tai ji quan : art à part entière,
– les tao lu : un tao d’apprentissage, conçu par maître SUN Gen Fa, la grande forme 85 mouvements de style Yang, puis la grande forme 83 mouvements de style Chen.
– le Tui shou qui développe le geste martial et l’esprit du combat, essence même du Tai ji quan.
Une conclusion et des annexes complètent ce livre.

 

Un ouvrage pour tous. Découvrez le sommaire ici

Ce livre intéresse tout pratiquant de tai ji quan quel que soit son niveau. Il permet d’acquérir des
bases justes, et d’évoluer sans cesse grâce à la subtilité des recommandations. Atteindre une pleine maîtrise de l’énergie passionnera tout pratiquant avancé et enseignant.

Par ce livre, aboutissement de 65 années de pratique et de recherche, Maître SUN Gen Fa désire transmettre l’héritage de ses maîtres, et l’expérience acquise à partir de son propre enseignement. Il propose de suivre la voie traditionnelle tout en y apportant sa sensibilité et son vécu personnels. Un legs pour tous les pratiquants de Tai ji quan, qui depuis le 17 décembre 2020, figure au patrimoine immatériel de l’Humanité par l’Unesco.

Le pourquoi de ce livre, expliqué par Maître Sun Fa

“Ayant pratiqué le Wushu à Shanghai de 1954 à 1990, dans un période très particulière de l’histoire des arts martiaux chinois, j’ai été imprégné dès mon plus jeune âge par les valeurs traditionnelles de ces pratiques.

J’ai ensuite parfait mes connaissances par des pérégrinations dans toute la Chine en tant que sportif, et aussi en tant qu’acteur dans des films de Gong fu. J’ai acquis ainsi une compréhension du très vaste domaine des arts martiaux chinois qui m’a permis de distinguer autant les points communs que les différences entre les divers styles et disciplines.

Mon maître de calligraphie M. Pan Bo Ying a su éveiller en moi une curiosité intellectuelle pour tout ce qui concernait les savoirs traditionnels, me poussant sans cesse à rechercher l’essence des choses et leur perfection. Cette position a influencé toute ma pratique en apportant aux aspects concrets du travail sportif, un étayage culturel et philosophique.

Cet érudit me fit découvrir l’histoire, la littérature et la philosophie chinoises mais également étrangères, malgré la dure époque de la Révolution Culturelle. Ces disciplines m’ont ouvert l’esprit sur le monde à un moment où la Chine était très refermée sur elle-même. Et grâce à la calligraphie, j’ai compris l’importance de la dimension esthétique de l’art martial.

En effet, une autre intention prégnante dans mon travail et mon enseignement du Tai ji quan est d’en transmettre la beauté et de l’élever au rang d’art sans jamais perdre de vue sa finalité martiale. Je cherche toujours à placer l’énergie de manière juste par le geste juste, issu d’une technique épurée, efficace, et opérante. Ce livre se veut un outil d’éveil au raffinement de la pratique qui se traduit dans un geste vrai devenant évidence.

Lorsque je considère mon parcours, j’estime avoir eu la chance de travailler avec des maîtres de grande qualité : M. Chen Zao Kui, M. Fu Zhong Wen, M. Gu Liu Xin … qui m’ont initié avec foi aux pratiques martiales et énergétiques grâce à un enseignement traditionnel étayé par une recherche scientifique contemporaine. J’ai travaillé intensément pour en comprendre les arcanes, surtout pour ce qui concerne le recrutement et le déploiement de l’énergie.

Le désir de transmettre des connaissances et une pratique acquises auprès de maîtres illustres m’incite à donner, à mon tour, les clés de compréhension de cet art.

Ce long chemin, exigeant, est devenu le pivot de toute une vie par ses retentissements dans tous les champs de mon existence.”